lundi 25 janvier 2010

AYITI

Allez plus doucement , ô cours des choses à leur fin.
Saint-John P erse - Amers

mardi 19 janvier 2010

DE LA DEMOCRATIE (la branche sur laquelle...)

Géniale invention antique.
Mais désormais le précieux concept est roulé dans la fange à tous les étages du discours par surenchère de gargarismes.
Galvaudé, resucé (c’est du grec), pollué, rabâché, ruminé toujours ruiné, son éclat diminue dans le grand baragouin. Son sens se délite.
Des politiques bavards, comptables zélés ou semi artistes de la confusion, s’obstinent à ériger des murs d’égoïsme, des barrières d’indifférence, jusqu’à des écrans d’individualisme. On instille la peur pour nous protéger qu'ils disent. Leur truc: le contrôle intéressé d'une panique fabriquée à partir de l’inflation trompeuse de signifiants vides.
Mais peu à peu l’ombre descend. Bientôt sera la nuit noire.
On ne rigole plus.
Des jeunes marles du jour aux vieux dabs du siècle dernier, ils sont légions à s’ébrouer comme d'un mauvais rêve.
Un élan les rassemble. Peut-être.
Ils disent: basta!
Ils boutent les embrouilleurs hors du cadre.
Ils répudient les bradeurs des très vénérables utopies.
Peut-être. C'est possible.

mercredi 13 janvier 2010

FARCE CHEZ LES FARSIS

Ils m'ont appelé l'obscur et j'habitais l'éclat.
Saint-John PERSE - Amers

lundi 11 janvier 2010

CONTROLE PARENTAL

S'il ne reste aucun frisson, l'horreur viendra.
Jürgens HABERMAS

mercredi 6 janvier 2010

DU VOYAGE

C'est pas la peine de se débattre, attendre ça suffit puisque tout doit finir par y passer dans la rue. Elle seule compte au fond.

Rien à dire. Elle nous attend.

Faudra qu'on descende dans la rue, qu'on se décide, pas un, pas deux, pas trois d'entre nous, mais tous. On est là devant à faire des manières et des chichis, mais ça viendra.

L.F CELINE