mercredi 10 février 2010

GRAND ECART

Ah! Qu'on nous laisse, négligeables, à notre peu de hâte.
Et charge à d'autres, ô servants, d'agiter le futur dans ses cosses de fer...
Saint-John Perse - Vents

vendredi 5 février 2010

COMME UN SOUFFLE PESTILENTIEL



Dans son ardeur juvénile, avec sa métaphysique artiste Nietzsche prophétise ici ce vers quoi nous semblons nous diriger d'un pas chancelant:
"Si on imaginait que toute la somme incalculable de forces ait été consacré non à la connaissance mais à des fins pratiques, c'est-à-dire égoïstes, des individus et des peuples, le plaisir instinctif de vivre en serait si affaibli dans des luttes d’anéantissement généralisées, que, dans la coutume du suicide, l’individu aurait vu peut-être le dernier reste de sentiment du devoir quand il aurait étranglé fils, parents et amis. Ce pessimisme pratique pourrait produire une épouvantable morale du génocide par pitié."




mardi 2 février 2010

ESSAI DE PESSIMISME

Une vieille légende raconte que le roi Midas a longtemps et vainement pourchassé dans la forêt le sage Silène, le compagnon de Dionysos. Quand ce dernier tombe enfin entre ses mains, le roi lui demande quel est le premier des biens, le bien le plus désirable. Raide et immobile, le démon se tait; finalement contraint par le roi, il s"écrit en éclatant d'un rire strident: "Misérable race d'éphémères, enfants du hasard et de la peine, pourquoi m'obliger à dire ce que tu as le moins d'intérêt à entendre? Le premier des biens est tout à fait hors de ta portée: ne pas être, ne rien être. Mais le second des biens pour toi est... de mourir sous peu."

Nietzsche dans "La naissance de la tragédie à partir de l'esprit de la musique"